Pauvres zhéros

de Pierre Pelot et Baru

Tout le monde en parle… et tout le monde a raison d’en parler !

Bien sûr il est actuellement très « politiquement correct » d’aimer les chroniques sociales et d’être attentif aux bas fonds de la ruralité… mais là le roman de Pierre Pelot, paru en 1982, sonne juste. Le regard est respectueux, même si l’ambiance est glauque.

Dans un gros village rural un enfant mongolien disparaît de l’hospice Saint Maurice. Cette disparition met en route des mécanismes insoupçonnés qui va faire bouger d’une façon inattendue Nanase à la mére alcoolique, Albert, son pote qui entretient sa terreur des extraterrestres, José Manucci, un ancien légionnaire au passé d’orphelin.

Le dessin de Baru confère une grande présence aux personnages et contrebalance ainsi la brièveté du récit. C’est la qualité du graphisme, avec son ambiance hivernale des Vosges, qui retient surtout le lecteur une fois l’album refermé…

Pauvres zhéros (S : Pierre Pelot ; D : Baru) Casterman, collection « Rivage/Casterman/Noir », mai 2008, 83 pages (18,5×26 cm)