Liturgie dans un café

Liturgie dans un café

Vous nous avez conduits cette nuit
Dans ce café qui s’appelle « Le Clair de Lune »
Vous aviez envie d’y être Vous, en nous,
Pendant quelques heures, cette nuit.
Vous avez eu envie de rencontrer à travers nos cœurs,
Tous ces gens qui sont venus tuer le temps.

Et parce que votre cœur s’ouvre dans notre cœur,
Nous sentons notre faible amour
S’épanouir en nous comme une large rose
Pour tous ces gens dont la vie bat autour de nous.

Le café n’est plus alors un lieu profane,
Et coin de terre qui semblait vous tourner le dos.
Nous savons que, par vous, nous sommes devenus
La charnière de chair, la charnière de grâce
Qui le force à s’orienter malgré lui,
En pleine nuit, vers le Père de toute vie.

En nous, le sacrement de votre amour s’opère.
Nous vous aimons, nous les aimons,
Pour qu’une seule chose soit faite avec nous tous.

En nous, attirez tout à vous…
Le vieux pianiste, la violoniste,
Le guitariste et l’accordéoniste…
Attirez ces êtres isolés derrière une table,
Attirez-les en nous pour qu’ils vous y rencontrent.
Dilatez notre cœur pour qu’ils y tiennent tous ;
Gravez-les dans ce cœur
Pour qu’ils y soient inscrits à tout jamais.

Madeleine Delbrel
Liturgie des sans-office, dans: « La joie de croire » (coll. Livre de Vie/Seuil, 1995)